***7lieux ***7lieux
    Adhésion Annonceur 7L
    Adhésion Individuelle
    AG 7Lieux 2014 22 juin
    Ateliers 7lieux
    Carnet de Voyage Versoi
    Collecte Bouchons Liège
    Collecte Bouchons Plastiques
    Correspondance locale
    Grainothèque
    les Dates +++ de 7lieux
    Luminothérapie
    Mini-Confs-7lieux
    Objectifs de l’association
    Petite Restauration 7lieux
    Questionnaire 7lieux
    Salons 7lieux village 2015
    Secrétariat, accueil, infos
**Grandes Thématiques **Grandes Thématiques
    Alimentation
    Ecologie Appliquée
    Environnement
    Evolution Personnelle
    Expression Artistique
    Faune & Flore
    Santé au Naturel
*Rubriques *Rubriques
    Ateliers Stages Formations
    Commerces
    Evénement, Salon, Fête
    Lieux pour stages, ateliers
    Noms & Structures
    Organismes, Assos
    Restaurants
Site réalisé avec BioSPIP

Le Conservatoire botanique national de Bailleul ouvre les portes de ses jardins [France-Nord-Info]




Bonjour,

Le Conservatoire botanique national de Bailleul France ouvre ses portes

Bien cordialement

Thibault PAUWELS Educateur nature Conservatoire botanique national de Bailleul Hameau de Haendries 59270 BAILLEUL

Observatoire de la Biodiversité du Nord-Pas de Calais Hameau de l’Haendries - 59270 BAILLEUL 03.28.43.82.17

www.cbnbl.org



ENVIRONNEMENT À Bailleul, la biodiversité a son observatoire régional

Publié le dimanche 27 juin 2010 à 06h00

L’observatoire étudiera la faune et la flore de la région et évaluera l’impact de l’homme sur l’équilibre naturel. Basé au sein du conservatoire botanique de Bailleul, le tout nouvel observatoire régional de la biodiversité est un outil scientifique pour préserver la variété des espèces.

NOÉMIE COPPIN > region@nordeclair.fr

Les coïncidences n’existent pas. Le jour même où un accord international est conclu à Busan, en Corée du Sud, créant une plate-forme internationale sur la biodiversité, la région inaugure son propre observatoire de la biodiversité. Si les échelles diffèrent, les objectifs sont les mêmes : créer une structure scientifique qui permettra de coordonner et analyser les données naturalistes. Fournir une information crédible comme base d’action politique, des données que l’on ne pourra plus ignorer ni remettre en cause. L’objectif est aussi de sensibiliser le grand public sur les enjeux de sa préservation.

Emmanuel Cau, vice-président du conseil régional en charge de l’environnement, note l’évolution des mentalités sur la question : « Il y a encore deux ans, quand je parlais de loutre, de castor ou de réconcilier l’Homme et la nature, ça faisait sourire. Aujourd’hui, on a compris l’importance de la préservation de la biodiversité, à toutes les échelles. J’espère que ce projet fera boule de neige - ou plutôt boule de bousier, puisque ça ne fond pas - et provoquera une vigilance accrue auprès du grand public ». Depuis 1993, la région est engagée dans une politique de protection de la biodiversité par la restauration de la « Trame verte et bleue », et est l’une des premières en France à créer un tel observatoire, sur recommandation du Grenelle 2007.

Véritable patchwork de milieux, la région abrite un tiers de la flore de France, 60 % des espèces d’oiseaux nicheurs, et plus de la moitié des mammifères. La biodiversité régionale est cependant menacée. Destruction des habitats, pollution de l’eau, de l’air, du sol, densification des réseaux routiers et ferroviaires ou agriculture intensive sont des facteurs de son érosion. La loutre et le castor ont déjà disparu de nos terres, ainsi que trente espèces végétales en trente ans.

Sonnette d’alarme

C’est donc ce rôle de sonnette d’alarme, basée sur des données scientifiques fiables, que l’observatoire se propose de jouer. « On ne créera pas de données brutes. C’est le rôle d’organismes tels que le Rain (Réseau des acteurs de l’information naturaliste). Nous nous concentrerons sur le versant analyse et diffusion explicative », détaille Jean-Marc Valet, directeur de la mission de l’observatoire.

Chaque année, et dès la fin 2010, un état des lieux de la biodiversité régionale sera dressé, à travers 53 indicateurs. Faunistiques, floristiques, sur l’habitat naturel, mais aussi pollution de l’eau, coupe forestière ou surfaces bétonnées. L’observatoire est financé à moitié par l’Europe, à moitié par la Dreal (la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) et le conseil régional. Un total de 430 000 E pour deux ans. Plus rien, a priori, ne s’oppose donc à une action politique réfléchie et efficace.



Centre régional de phytosociologie agréé Conservatoire botanique national de Bailleul

Pour tous renseignements :

Doriane LENNE

Hameau de Haendries

59270 BAILLEUL

Tél : 03.28.49.00.83. Fax : 03.28.49.09.27.

www.cbnbl.org

infos@cbnbl.org



publié le mercredi 4 juin 2014 par Jean@7lieux.com

Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

- Santé et environnement

- Du gazole « vert » chez Total Mardyck

- WATTSOL Energie Solaire [France-Nord-Info]

- « Les métiers de la restauration du patrimoine et de l’éco-construction »

- Des docu-films à voir absolument !

- La marche...Un bel investissement santé ! (info@avieforme.ca)

- Centenaire du "Grand Boulevard" Lille/Roubaix/Tourcoing

- Invitation au spectacle de Bretrand DERUYVER

- Bulletin d’information N° 61 info@info-durable.be

- Communiqué de "FEDENATUR"


AUTEUR :

- Jean@7lieux.com


- 7lieux.com